Accueil // Echos des foyers // Le Seamen’s Club du Havre veut fédérer

Le Seamen’s Club du Havre veut fédérer

Confrontée à des difficultés de trésorerie, l’Association pour la gestion des institutions sociales maritimes (Agism) a entraîné dans la tourmente les accueils des marins auxquels elle apportait son soutien financier. Comme partout en France, le Seamen’s Club du Havre a été fragilisé contre son gré par cette situation. Un effet domino qui a fait réagir l’Association havraise d’accueil des marins (AHAM). « L’Agism s’est désengagée partiellement. Si l’association, par le biais de l’Hôtel des Gens de Mer, continue à nous héberger et à prêter un véhicule, nous avons perdu les deux salariés qui étaient mis à disposition pour assurer, avec nos deux employés, les permanences au foyer », précise le président Ronan Dolain.

« Il a fallu s’adapter. Nous avons compensé le départ des collaborateurs de l’Agism par deux nouveaux emplois aidés. Leur contrat d’un an est renouvelable une fois. »

Équilibre financier

Les dépenses relatives à ces embauches sont en partie compensées par les finances générées par les ventes de souvenirs et de produits de première nécessité au foyer. Avec les aides apportées par la commission portuaire du bien-être des gens de mer où siègent les représentants de la place maritime et portuaire, le nouveau fonctionnement mis en place en février est parvenu à atteindre l’équilibre financier. « Nous vivons une année de transition. La situation est stabilisée. Nous avons l’intention de créer une troisième poste, ce qui porterait nos effectifs à cinq salariés, pour ouvrir à partir de janvier le foyer 7 jours sur 7 de 15 h à 23 h. » L’association pour fonctionner correctement peut aussi compter sur une dizaine de bénévoles actifs qui en assurent la gestion et se chargent des transferts entre le foyer et les quais.

Si l’orage est passé, le Seamen’s club en a tiré les enseignements. « Alors que les besoins des marins évoluent, nous souhaitons engager une réflexion à moyen terme pour faire évoluer les mentalités autour de l’accueil. Il faudrait que l’idée soit plus largement partagée par les citoyens et les entreprises. »

Préparer l’avenir

Aujourd’hui, le Seamen’s se sent trop isolé dans sa mission d’où cette volonté de fédérer. L’association, pour se projeter dans l’avenir et notamment poursuivre et améliorer ses services, a autant besoin de se sentir soutenue que d’injecter du sang neuf. La deuxième édition des Journées maritimes du Havre, consacrées à la place du marin dans la ville du XXIe siècle, allait dans ce sens. « Comme la vie associative en général et les différents foyers du marin des côtes françaises, nous sommes confrontés au vieillissement de nos bénévoles. Nous connaissons des difficultés pour leur renouvellement, c’est pourquoi nous devons absolument professionnaliser. Il ne faut pas perdre de vue que les marins en escale véhiculent à travers le monde et dans leur pays d’origine l’image qu’ils ont perçue du Havre. »

Les membres du Seamen’s proposent au public de venir à leur rencontre à l’occasion des permanences du mercredi soir à partir de 18 h.

ST. R.

Source: www.paris-normandie.fr/

Tags:

comment closed